Halakhot de H'anouka

Tiré de http:http://www.halachayomit.co.il

Nous sommes à l’approche de la fête de H’anoukah, nous allons commencer à clarifier l’essentiel des lois relatives à cette fête, à partir de ce que l’on a écrit les années précédentes, avec quelques ajouts.

Les dates de H’anoukah pour cette année (5775)
La fête de H’anoukah se fête durant 8 jours, à partir du 25 Kislev comme nous l’expliquerons.
Cette année 5775, le 25 Kislev tombera le mercredi 17 décembre, nous allumerons donc la première lumière le mardi 16 décembre au soir. Nous allumerons donc la dernière lumière le mardi soir suivant.

Le miracle de H’anoukah
À l’époque du 2ème Beth Ha-Mikdach (le 2ème Temple), les rois grecs ont promulgué des décrets sur Israël, dans le but de leur faire oublier la Torah, et de les détourner de leur religion. Ils les ont privés de l’étude de la Torah et de la pratique des Mitsvot. Ils pénétrèrent dans le Beth Ha-Mikdach et l’ont souillé de toutes sortes d’idolâtries, ce qui fit souffrir Israël. Jusqu’au moment où Hachem les prit en pitié, et les sauva de la main des Grecs, par l’intermédiaire d’une famille de Cohanim Guédolim, les H’achmonaïm, qui eurent la victoire sur les Grecs, délivrèrent Israël de leurs mains et nommèrent un roi parmi les Cohanim.
Lorsque les H’achmonaïm gagnèrent la guerre contre les Grecs, ils pénétrèrent dans le Beth Ha-Mikdach pour le restaurer et voulurent rallumer la Ménora du Beth Ha-Mikdach. Ils ne trouvèrent qu’un flacon d’huile d’olive pure, mais ce flacon ne contenait que la quantité d’huile pour que la Ménora reste allumée qu’un seul jour. Il se produit un Ness (un miracle), et ils purent allumer avec ce flacon durant 8 jours, le temps nécessaire pour presser des olives et fabriquer de l’huile pure.
Les sages de cette génération instituèrent de célébrer ces huit jours, à partir de la date du 25 Kislev, comme des jours de louanges et de joie, en allumant des lumières chacun des 8 soirs, afin de divulguer le miracle, et ces jours se nomment H’anouka.

Vigilance vis-à-vis de l’allumage des lumières de H’anoukah
Il faut être très attentionné envers la Mitsva de l’allumage des lumières de H’anouka, car cette Mitsva est très précieuse, afin de divulguer le miracle, en adressant des remerciements à Hachem. Nos maitres enseignent dans la Guémara Chabbat (23b) que celui qui accomplie cette Mitsva selon les exigences de la Halacha, aura le mérite d’avoir des enfants Talmidé H’ah’amim (érudits dans la Torah). Comme il est dit : « Le Ner (la lampe) est la Mitsva, et la Torah est la lumière » (Michlé chap.6).
Rachi explique ce verset ainsi : C’est par le Ner Mitsva (le Ner que l’on a l’obligation d’allumer) que vient la lumière de la Torah.
Le Meïri ajoute qu’il s’agit ici d’accomplir la Mitsva de Ner avec beaucoup de soin, et beaucoup d’affection.

Combien de Nerot doit-on allumer?
Combien de Nerot doit-on allumer ? Selon le strict Din, il est suffisant d’allumer une seule lumière par foyer du peuple d’Israël, chaque soir, quel que soit le nombre d’habitants dans le foyer.
Mais tout le peuple d’Israël a la tradition d’embellir la Mitsva et d’ajouter une lumière par soir, jusqu’à ce qu’il y est 8 lumières le 8ème soir. (avec une lumière supplémentaire appelée « Chamach ». Excepté pour les juifs d’origine de H’alab (Alep en Syrie dont certains ont l’usage d’allumer 8 lumières et 2 lumières supplémentaires : une destinée à être le Chamach, et une autre en souvenir d’un miracle précis dont ils ont bénéficiés). 

Selon la tradition des Séfaradim et des originaires des communautés du moyen- orient, conformément à l’opinion de MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’, un membre du foyer allume, et acquitte tous les membres du foyer par son allumage.
Mais selon la tradition des Achkénazim, chaque membre du foyer allume ses Nerot de H'anouka, de façon indépendante.

Nous avons expliqué précédemment que nos maitres ont instauré l’allumage des Nérott de H’anouka durant les 8 soirs de la fête, afin de divulguer le miracle.

L’ordre des bénédictions 
Lorsqu’on allume les Nérott de H‘anouka, le premier soir, il faut réciter 3 bénédictions avant d’allumer :
Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï Eloh-énou Méleh’ Ha-‘Olam Acher Kiddéchanou

Bé-Mitsvotav Vé-Tsivanou Lé-Hadlik Ner H’anouka.
Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï Eloh-énou Méleh’ Ha-‘Olam Ché-‘Assa Nissim La-Avoténou Ba-Yamim Ha-Hem Ba-Zémann Ha-Zé.
Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï Eloh-énou Méleh’ Ha-‘Olam Ché-Hé’héyanou

Vé-Kiyémanou Vé-Higui’anou La-Zé-mann Ha-Zé. 
Les autres soirs, on ne récite plus la 3ème bénédiction (Ché-Hé’héyanou…), mais seulement les 2 premières (Lé-Hadlik Ner H’anouka, et Ché-‘Assa Nissim …).
(Si l’on a oublié de réciter celle de Ché-Hé’héyanou… le premier soir, on pourra le faire le soir suivant.) 

Veiller à allumer les mèches correctement 
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (הכ''מ) dénonce l’usage de certains, qui – après avoir constaté que la flamme brûle sur la mèche - retirent leur main et passent au Ner suivant. Le Rav z.ts.l écrit que ces gens n’agissent pas correctement puisqu’il faut veiller lors de l’allumage à ce que la flamme « monte d’elle-même », c'est-à-dire, qu’elle prenne correctement sur la mèche, comme l’ont écrit les décisionnaires au sujet de l’allumage des Nérott de Chabbat, où il est expliqué que la femme doit allumer la majeure partie de la mèche qui sort du Ner.
Il en est de même au sujet de l’allumage de ‘Hanouka. 

Nous avons expliqué précédemment que nos maitres ont instauré l’allumage des Nérott de H’anouka durant les 8 soirs de la fête, afin de divulguer le miracle.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×